Infos Marne

"L'amour n'a pas de prix, mais le mobilier urbain a un coût"

06 mai 2020 à 12h28 Par Emmanuel POLI
Le maire de Reims est d'accord pour vendre le banc à un couple d'amoureux

Nous vous parlions en début de semaine d'un rémois qui avait entrepris de voler le banc public sur lequel il avait embrassé sa future épouse, sept ans plus tôt.

Le jeune homme voulait lui en faire cadeau pour alléger sa déception après le report de leur mariage en raison de la crise sanitaire.  

Mais son expédition avait été interrompue par la police, alors qu'il avait déjà chargé le banc sur une remorque tirée par sa voiture.

La justice n'a pas souhaité engagé de poursuite.

Mais le couple ne voulait pas en rester là.

Il a écrit au maire pour acheter le banc.

Touché par cette histoire, Arnaud Robinet a donné son accord et demandé à ses équipes de déterminer le prix : "L'amour n'a pas de prix, mais le mobilier urbain a un coût".