Infos Région

"Je le dis clairement, il n'y a pas d'autres solutions."

29 octobre 2020 à 18h32 Par Emmanuel POLI
Confinement acte II, le mode d'emploi

Après avoir rendu hommage aux victimes de l'attentat de Nice et assuré de la mobilisation des forces de sécurité contre le terrorisme, Jean Castex a détaillé le plan de confinement, qui débute ce jeudi soir partout en France.

Les Français ne pourront quitter leur domicile que pour certaines raisons, faire des courses alimentaires, se rendre ou revenir de son lieu de travail, se déplacer pour des motifs médicaux ou familiaux impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables et précaires, mais aussi pour une convocation judiciaire ou administrative.

Il sera également possible, pendant une durée d'une heure et dans un périmètre d’un kilomètre autour de son domicile, de faire de l'activité physique ou de prendre l'air.

Les activités physiques devront être individuelles et en plein air.

Une attestation de déplacement sera nécessaire.

Une amende forfaitaire de 135€ sera appliquée en cas de non-respect du confinement, et si vous ne pouvez pas présenter de justificatif alors que vous êtes contrôlé en dehors de votre domicile.

Contrairement au confinement du printemps dernier, les parcs, jardins, forêts et plages ne seront pas fermés.

L’essentiel des établissements recevant du public devront garder portes closes, les bars et restaurants, les commerces autres que ceux de première nécessité, les salles polyvalentes, de conférence, de spectacle, de sport, les cinémas, les parcs d’attraction, les salons, foires et expositions.

La liste complète de ces établissements se trouve sur le site du gouvernement.

Les commerces fermés ne pourront pas accueillir du public, mais pourront continuer de fonctionner pour les activités de livraison et de retrait de commande.

Tous les rassemblements sont interdits sur la voie publique, à l’exception des manifestations revendicatives déclarées auprès de la préfecture.

Les lieux de culte resteront ouverts mais les cérémonies seront interdites à l’exception des enterrements en présence d’un maximum de 30 personnes et des mariages avec six invités.

Le protocole dans l’éducation

Les crèches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés, notamment le port du masque pour les enfants dès 6 ans.

La circulation des élèves dans les bâtiments doit être limitée et les récréations seront organisées par groupes.

Dans les lycées, une souplesse sera laissée aux chefs d'établissement pour la mise en place du protocole.

De même la restauration scolaire se poursuivra, dans le respect des gestes barrières.

Les établissements périscolaires, lorsqu’ils assurent la garde d’enfant le soir après l’école, et les centres de loisir le mercredi, resteront ouverts. 

En revanche, les établissements qui proposent des activités extrascolaires (sportives ou artistiques), comme les conservatoires ou les clubs de sport sont fermés.

Dans les universités et dans tous les établissements du supérieur, les cours devront être assurés en ligne. 

Seuls les travaux pratiques et enseignements professionnels nécessitant du matériel spécialisé pourront se poursuivre en présentiel.

Protocole sanitaire dans les entreprises

Le nouveau protocole en entreprise sera mis en ligne dès ce jeudi soir et sera accessible à tous sur le site du ministère du Travail.

Le télétravail doit être la règle absolue et doit être mis en place cinq jours sur cinq quand c’est possible.

Le dispositif d'activité partielle est maintenu et même prolongé jusqu’au 31 décembre.

Tous les secteurs protégés ou ceux qui font l'objet d'une fermeture administrative (comme les commerces de proximité) bénéficient de l'activité partielle avec un reste à charge nul pour l'employeur.

Pour les autres secteurs, le reste à charge pour l'employeur s’élève à 15%.

 

Le soutien à l’économie

6 milliards d'euros par mois de confinement vont être consacrés au nouveau Fonds de solidarité. 

Toutes les entreprises et tous les commerces de moins de 50 salariés fermées par décision administrative pourront recevoir une indemnisation jusqu'à 10 000 euros.

Les entreprises qui subiront une perte de chiffres d'affaires de 50% en bénéficieront aussi dans les secteurs du tourisme, de l'évènementiel, de la culture et du sport.

Les entreprises pourront demander un délai d'un an supplémentaire pour rembourser son prêt garanti par l'Etat.

Tout bailleur qui, sur les trois mois octobre, novembre et décembre, accepte de renoncer à un mois de loyer pourra recevoir un crédit d'impôt équivalent à 30% de ce loyer.