Infos Région

Ces maires "mal élus"

30 juin 2020 à 10h00 Par Emmanuel POLI
Leur élection ne souffre aucune contestation et pourtant, certains maires n'ont fédéré qu'un très faible nombre d'électeurs, comme à Sainte-Savine, Châlons-en-Champagne ou Saint-Dizier

Longtemps considéré comme le scrutin préféré des Français, les dernières élections municipales ont connu un taux d’abstention record.

Près de 6 électeurs sur 10 ne sont pas allés voter lors du second tour qui avait lieu ce dimanche 28 juin.

Par peur de la contamination, par désamour du public pour la classe politique ou par désintérêt d’un scrutin débuté il y a plus de trois mois…sans doute un peu des trois.

Même si leur élection reste évidemment valable, certains maires n’ont été élus que par un pourcentage très limité d’électeurs, comparée au total des inscrits.

Le phénomène est particulièrement marqué dans les communes où plus de deux listes étaient présentes au second tour.

Illustration à Sainte-Savine dans l’Aube, où se disputait une quadrangulaire.

La liste d’Arnaud Magloire l’emporte avec 38,6% des suffrages exprimés, mais ne fédère au final que 12,91% des inscrits (933 voix obtenus sur 7 226 inscrits sur les listes électorales).

Même constat à Châlons-en-Champagne.

Quatre candidats étaient là aussi en lice pour ce deuxième round électoral.

Si Benoist Apparu s’impose largement, avec deux fois plus de voix que son plus proche adversaire, le maire sortant n’a finalement été choisi que par 13,5% des inscrits (3 166 voix alors que la ville compte 23 408 inscrits).

Au moment d’annoncer les résultats, l’élu ne versait d’ailleurs pas dans le triomphalisme malgré la victoire.

 

Les résultats dans les autres villes de la région :

Saint-Dizier, Quentin Brière 14,17% des inscrits.

Sedan, Didier Herbillon 17,36%.

Vitry-le-François, Jean-Pierre Bouquet 21 ,18%.

Rethel, Joseph Afribo, 27,59%