Bronchiolite : les hôpitaux de Reims et Troyes déclenchent le plan blanc

26 novembre 2022 à 9h03 par Emmanuel P.

Crédit image: Photo d'illustration
séparateur

L'épidémie de bronchiolite, particulièrement précoce et intense cette année, a fragilisé les services de soins et les structures d’urgences.

Les hôpitaux de Reims et Troyes déclenchent le plan blanc pour faire face à la saturation de leurs services d'urgences.

En cause, l’épidémie de bronchiolite, particulièrement précoce et intense cette année, qui a fragilisé les services de soins et les structures d’urgences.

A Reims, le CHU a enclenché ce dispositif, dès lundi dernier.

Troyes a suivi en cette fin de semaine.

Le plan blanc doit permettre de mobiliser toutes les ressources nécessaires, humaines et matérielles, mais aussi de déprogrammer les soins non urgents.

Ce sont les activités de pédiatrie et de néonatalogie, ainsi que les urgences pédiatriques qui sont concernées. 

Le point de situation

A Reims, tous les lits des services de médecine, chirurgie et soins critiques pédiatriques et néonataux sont occupés depuis plusieurs jours.

Pour accueillir de nouveaux patients en hospitalisation et diminuer la tension sur les urgences pédiatriques, l’unité de médecine ambulatoire pédiatrique est progressivement réorganisée permettant l'ouverture de lits d'hospitalisation traditionnelle supplémentaires.

A Troyes, le service de pédiatrie et ses autres activités comme la néonatalogie sont saturés depuis déjà deux ou trois jours.

La bronchiolite à l’origine d’une hospitalisation sur deux chez les moins de deux ans

La situation est partout la même en France.

Pour la troisième semaine consécutive, la moitié des hospitalisations suite à un passage aux urgences chez les enfants de moins de 2 ans concerne la bronchiolite.