Infos Région

Il y a un an, premier mort Français du Covid

26 février 2021 à 20h00 Par Emmanuel POLI
Retour sur la chronologie des événements dans notre région jusqu’au premier confinement

C’est un bien un triste anniversaire.

Il y a un an, jour pour jour, le premier décès d’un Français, infecté par le coronavirus, était officialisé par le ministère de la Santé.

La situation a très rapidement évolué ensuite.

Retour sur la chronologie des événements dans notre région jusqu’au premier confinement.

 

Mercredi 26 février 2020

Une centaine d’étudiants de Sciences Po Reims sont priés de se mettre à l'isolement, selon une information de France 3 Grand-est.

Le groupe, parti au ski le 15 février dernier, aurait transité à l’aller comme au retour par la Lombardie, l'une des régions italiennes les plus touchées par le coronavirus.

Les étudiants concernés sont appelés à ne pas revenir à l'école et à respecter "cette mise en quarantaine, notamment en prenant leur température corporelle deux fois par jour".

 

Pour faire face à d’éventuels cas, notre région compte actuellement deux établissements de santé de référence, les centres hospitaliers universitaires de Strasbourg et de Nancy.

En cas d’épidémie, d’autres établissements pourraient être mobilisés.

Il y en a un par département.

Le CHU de Reims, le CH de Charleville-Mézières, le CH de Troyes et le CH de Chaumont en ce qui concerne l’ex-Champagne-Ardenne.

 

Jeudi 27 février 2020

De retour de Vénitie en Italie, trois familles de Warmeriville et une de Pontfaverger sont confinés chez elles.

Il est demandé aux familles de ne pas envoyer les enfants à l’école à la reprise des cours lundi.

Des consignes qui s’appliquent à toutes les personnes de retour des zones contaminées en Italie et en Chine comme le précise le secrétaire d'Etat aux transports Jean-Baptiste Djebbari.

 

Quinze étudiants de la Neoma Business School sont également concernés. 

Aucun d’entre eux ne présente de symptômes particuliers, selon l’école qui respecte les consignes du ministère.

Les quinze élèves doivent rester confinés pendant quatorze jours à leur domicile, à partir de la date de leur retour en France.

 

Vendredi 28 février 2020

Alors que le nombre de cas d’infections au coronavirus progresse en France, la ville de Châlons-en-Champagne a décidé d’appliquer une série de mesures préventives au sein des établissements recevant du public, notamment, les enfants et les personnes âgées…

La municipalité rappelle aux personnes revenant d’un séjour d’au moins 15 jours dans l’une des zones à risques, qu’elles ne doivent pas pénétrer dans ces établissements.

 

Lundi 2 mars 2020

Un premier cas confirmé de personne atteinte du coronavirus covid-19 a été constaté hier après-midi dans le département de l’Aisne.

Il s’agit d’une personne récemment revenue de Vénétie, et habitant la commune d’Origny-en-Thiérache.

Elle a été prise en charge rapidement ainsi que sa famille (un conjoint et deux enfants) par le SAMU de l’Aisne puis le CHU d’Amiens.

Son état est stable et n’inspire pas à ce stade d’inquiétude.

Les autres membres de la famille font l’objet de consignes de confinement à leur domicile.

 

Par ailleurs, l'Agence Régionale de Santé du Grand Est a annoncé lors du week-end, quatre nouveaux cas de Coronavirus Covid -19, certifiés dans notre région.

Les patients sont originaires des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

 

Concernant les mesures de précaution, la donne a changé, ce week-end, avec le passage de la France au « stade 2 » de l’épidémie. 

Le virus circulant déjà sur notre territoire, le ministère de la Santé estime qu’il n’y a plus de raison de confiner des personnes revenant de zones à risques. 

Les élèves et personnels de retour de Lombardie, de Vénétie ou de Chine peuvent donc retourner à l’école.

 

Pour endiguer la propagation du virus dans notre pays, le gouvernement a annoncé un certain nombre de mesures.

Les manifestations accueillant plus de 5 000 personnes dans des lieux confinés sont notamment interdites.

Dans notre région, le 33ème salon champenois du véhicule de collection qui devait se dérouler au parc des expositions de Reims les 7 et 8 mars prochains, est reporté au mois de mai.

 

Mardi 3 mars 2020

L'Agence Régionale de Santé du Grand Est a tenu une conférence de presse hier en fin de journée pour faire le point de la propagation du Coronavirus Covid-19 dans notre région.

Onze personnes ont été hospitalisées aux CHU de Nancy et Strasbourg.

Huit sont originaires de l'ancienne Alsace dont deux sont désormais rentrés chez eux.

Les trois derniers cas concernent une famille de l’Aisne.

Le père de 50 ans a été pris en charge dans un premier temps au CHU de Reims, avant d'être transféré à Nancy.

Il se trouvait dans un état préoccupant mais stable.

Sa compagne de 60 ans, et le fils du père, âgé de 23 ans se sont présentés directement à l'hôpital de Nancy.

Leur état n’inspire aucune inquiétude.

 

Les voyages scolaires sont suspendus vers l'étranger et vers les zones à risque sur le territoire national (l'Oise, la Haute-Savoie et le Morbihan). 

Des élèves du lycée St Jean Baptiste De La Salle de Reims, partis en bus pour un voyage en Espagne, ont dû faire demi-tour à Tours, à la demande du rectorat.

La cinquantaine de lycéens devait passer une semaine à Madrid.

 

Mercredi 4 mars 2020

Un premier cas de coronavirus dans la Marne.

C’est l’Agence Régionale de Santé qui l’a annoncé hier.

L’état de santé de cet homme de 38 ans, qui a été transporté au CHRU de Nancy, est jugé préoccupant.

Des investigations sont en cours pour déterminer si le patient marnais est relié à 3 autres cas confirmés et domiciliés dans l’Aisne.

 

Jeudi 5 mars 2020

Face à l’épidémie, les annulations ou reports d’événements se multiplient.

Le 6e festival de la bande dessinée, prévu ce week-end à Reims, est annulé.

Toujours à Reims, le salon de l’immobilier qui devait débuter demain au centre des congrès de Reims, est reporté à une date ultérieure non fixée pour le moment.

Vendredi 6 mars 2020

Le CHU de Reims en ordre de bataille.

Le plus grand établissement de Champagne-Ardenne est prêt à accueilir les premiers malades du Covid.

Jusque-là, les personnes concernées étaient transférées au CHU de Nancy.

 

Le nombre de décès du virus dans notre pays est désormais porté à six.

Parmi les victimes, un patient du centre hospitalier de Soissons.

Cet homme de 63 ans était hospitalisé au service de réanimation de l’établissement depuis le 29 février.

 

Une suspicion d’un cas de coronavirus chez une aide-soignante de la maison de retraite « Les Vignes » à Œuilly.

Cette femme d’une 50aine d’années, hospitalisée depuis dimanche, aurait été contrôlée positive.

Mais son cas n’a pas été officiellement déclaré par l’ARS.

La direction de la résidence assure avoir mis tout en ouvre pour protéger les pensionnaires.

 

La campagne pour les élections municipales des 15 et 22 mars prochains est fortement impacté par la crise du coronavirus, à tel point que certains candidats demandent le report du scrutin.

Arnaud Robinet est contraint d’annuler son meeting du premier tour.

Le maire sortant de Reims et candidat à sa succession avait prévu de réunir ses partisans le mardi 10 mars au caveau de Castelnau. 

Dans une vidéo, il explique appliquer le principe de précaution,

 

Toujours à Reims, le spectacle « L’Opérette Imaginaire » prévue hier soir au conservatoire a été annulé.

Deux enseignants, qui ont fait l’objet de recommandations de la part de l’Agence Régionale de Santé, se sont volontairement placés en quatorzaine par mesure de précaution.

Ils ne présentent aucun symptôme et sont en bonne santé.

La Journée Portes Ouvertes du Conservatoire, prévue demain, est elle-aussi annulée.

 

Dimanche 8 mars 2020

Un premier cas de coronavirus est confirmé dans l’Aube.

Il concerne un enfant de 10 ans, résidant dans l’agglomération troyenne.

Selon l’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, son état de santé n'inspire pas d'inquiétude.

Ce jeune garçon qui est confiné à son domicile, n'a pas repris l’école à la fin des vacances scolaires.

Il n’a donc pas été en contact avec d’autres élèves.

 

L’Agence Régionale de Santé Grand Est confirme également un premier cas de coronavirus dans les Ardennes.

Il s’agit d’un homme âgé de 88 ans et hospitalisé depuis le 6 mars au centre hospitalier de Manchester à Charleville-Mézières.

Son état de santé est stable et n’est pas jugé préoccupant.

Originaire de Bogny-surMeuse où il habite seul une maison individuelle, ce patient avait effectué un déplacement dans l’Oise du 22 au 29 février pour visiter sa famille.

C'est probablement à cette occasion qu'il a contracté le virus.

Lundi 9 mars 2020

En raison de l’épidémie, les personnes présentant des symptômes (fièvre, toux, difficulté à respirer…) et les mineurs ne sont pas les bienvenus dans l’ensemble des hôpitaux Champagne Sud.

Les adultes pourront visiter les patients à raison d’une personne maxi par visite.

 

On en sait plus sur le premier cas de coronavirus en Haute-Marne.

Il s’agit d’un homme d’une trentaine d’années dont l’état de santé n’inspire n’aucune inquiétude.

Il a été placé à l’isolement à son domicile.

Selon nos confrères du Journal de la Haute-Marne, le patient est domicilié à Saint-Dizier.

 

Mardi 10 mars 2020

Les rencontres sportives se joueront désormais soit à huis-clos, soit devant un maximum de 1.000 spectateurs jusqu'au 15 avril en France.

Chaque événement sera traité au cas par cas.

C’est la préfecture qui tranchera.

À Lyon par exemple, les autorités ont décidé que la rencontre de Ligue 1 entre l’Olympique Lyonnais et le Stade de Reims, prévue ce vendredi 13 mars à 20h45se jouera à huis-clos.

 

A Charleville-Mézières, seuls 1000 spectateurs pourront assister ce soir au match aller des ¼ de finale d’Eurocoupe entre les Flammes Carolo et Basket Landes.

Afin de pouvoir respecter la jauge imposée, seuls les abonnés "Full saison" (carte noire) et les partenaires auront accès à la rencontre qui doit débuter à 20h.

Les personnes qui ont acheté des places peuvent se faire rembourser.

 

Il n’y a pas que les professionnels qui sont touchés.

La Ligue du Grand Est de football suspend toutes les activités prévues jusqu’au 23 mars prochain, les matchs de compétitions officielles prévus en salle comme à l’extérieur, mais aussi l’ensemble des formations, stages, détections, réunions publiques. 

 

Comme bien d’autres, le coronavirus a également eu raison du concert du groupe IAM, qui devait se jouer ce soir à guichets fermés à la Cartonnerie de Reims.

Il est reporté à une date ultérieure qui n’a pas encore été communiquée.

Les détails du remboursement des places seront très prochainement communiqués par l’équipe de la Carto.

 

Nouveau report pour l’édition 2020 du salon des Belles Champenoises d’Époque les 13 et 14 juin prochains au parc des expositions de Reims.

Initialement prévu les 7 et 8 mars, l’événement a été reporté une première fois aux 9 et 10 mai à cause du coronavirus. 

Mais les organisateurs préfèrent ne pas prendre le risque d’une crise toujours présente en mai.

 

Mercredi 11 mars 2020

Un premier cas mortel de coronavirus dans la Marne.

La victime est un homme de 38 ans, qui avait été hospitalisé au CHU de Nancy la semaine passée dans un état préoccupant.

Selon le journal L'Union, cet homme qui habitait le village de Chaumuzy dans la Montagne de Reims, souffrait de diabète et d'une insuffisance cardiaque.  

Les masques de protection sont une denrée rare et donc très recherchée.

Des masques ont ainsi été volés à l’hôpital de Troyes.

Ils étaient mis à disposition des personnes présentant des symptômes de toux et de fièvre puissent en être équipées.

Le directeur des hôpitaux Champagne Sud Philippe Blua pointe du doigt des comportements totalement délirants.

Jeudi 12 mars 2020

Emmanuel Macron annonce la fermeture de toutes les crèches, écoles, collèges et lycées à compter de lundi (16 mars).

Cela concerne 12 millions d'élèves, de la maternelle au lycée et 870 000 enseignants.

La fermeture des universités est également décidée.

 

Vendredi 13 mars 2020

La Ligue de football professionnel (LFP) prononce la suspension immédiate de la Ligue 1 et de la Ligue 2 "jusqu'à nouvel ordre".

Le match Lyon-Reims, prévu le soir même, est reporté.

 

Face au coronavirus, la SNCF propose désormais à ses voyageurs qui le souhaitent de reporter ou d'annuler leur déplacement en TGV "sans frais d'échange et de remboursement" jusqu'au départ du train.

La mesure est valable jusqu'au 30 avril.

A noter qu’elle s'applique également aux TER en correspondance.

 

Samedi 14 mars 2020

Stupeur en France.

A 19h38, le Premier ministre Edouard Philippe annonce la fermeture, le soir même, à minuit, "de tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays".

En plein service, les gérants de bars et de restaurants découvrent la nouvelle en direct. 

Resteront notamment ouverts les magasins et marchés alimentaires, les pharmacies, les stations essence, les banques et les bureaux de tabac et de presse mais aussi tous les services publics essentiels.

Les lieux de culte restent ouverts, mais les rassemblements et les cérémonies doivent être reportés.

 

Le premier tour des élections municipales prévu le lendemain, est maintenu.

Selon le gouvernement, des mesures sanitaires très strictes encadreront le scrutin.

Du gel hydroalcoolique sera notamment disponible dans l’ensemble des bureaux de vote.

Le ministère de l'Intérieur recommande par ailleurs, aux électeurs de ramener leur propre stylo pour émarger en raison du coronavirus.

 

Dimanche 15 mars 2020

Champagne FM propose une émission spéciale sur son antenne pour répondre aux très nombreuses questions des auditeurs, suite aux annonces du Premier ministre la veille.

D’autres suivront toute la semaine.

 

Le premier tour des élections municipales est marqué par une abstention record, de nombreux électeurs n’ont pas voulu se déplacer par crainte de la contamination ou pour protester contre le maintien du scrutin.

 

Lundi 16 mars 2020

Emmanuel Macron prend à nouveau la parole.

Le chef de l’Etat annonce la mise en place d’un confinement généralisé dès le lendemain midi et pour 15 jours au moins. 

« Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires, nécessaires pour aller faire ses courses avec de la discipline et en mettant les distances d'au moins un mètre, en ne serrant pas la main, en ne s'embrassant pas, les trajets nécessaires pour se soigner, évidemment, les trajets nécessaires pour aller travailler si le travail à distance n'est pas possible et les trajets nécessaires pour faire un peu d'activité physique mais sans retrouver, là encore, des amis ou des proches ».

Le Président annonce également que le report du second tour des élections municipales.

Sur notre antenne, le président de la Région Grand-est Jean Rottner ne cache pas son inquiétude et sa colère.

Le président de la Région Grand-Est, qui est également médecin à Mulhouse, estime que les Français ne se rendent pas compte de la force de ce virus.

Au dimanche 15 mars, 1378 personnes ont été confirmées biologiquement positives au coronavirus-Covid 19, dans le Grand Est.

On compte 22 cas dans la Marne, 7 cas dans l’Aube, 3 cas en Haute-Marne et 1 cas dans les Ardennes. 

C'est le Haut-Rhin qui est le plus touché avec 688 cas. 

21 nouveaux décès ont été enregistrés sur une période de trois jours, il s'agit de personnes âgées entre 65 ans et 93 ans. 

 

Mardi 17 mars 2020

A midi pile, les rues des villes et villages se vident.

Pour sortir, une attestation de déplacement dérogatoire est nécessaire.

Le document, qui pointe les différents motifs de sortie, est gratuit.

Ce qui n’empêche pas certains de vouloir tirer profit de la situation.

"A Reims, pas de petit profit pour certains commerçants".

Sur son compte twitter, Serge Pugeault ancien adjoint à la mairie, commente l'affiche placardée sur la devanture d'un buraliste du centre-ville de Reims.

L'établissement proposait cinq exemplaires de l'attestation de déplacement dérogatoire pour la somme de 2€50.

 

Sur les réseaux, les initiatives se multiplient pour recréer du lien.

Inspirée par nos voisins italiens, des citoyens appellent à applaudir les personnels soignants, en première ligne face à la pandémie, depuis sa fenêtre ou son balcon tous les jours à 20h.

Le maire de Reims invite ses administrés à passer de la musique tous les jours à 19h30.

C’est « All you need is love » des Beatles qui donne le coup d’envoi.